PRO-MOTEUR

EL CAPITAN

voir le CV de Jérome CHERIX en PDF Pro-Moteur de CARAMBA MÉDIA Voir le profil de Jérome CHERIX sur LinkedIn
En 1984, alors âgé de 19 ans, j’intègre la première radio locale lausannoise avant de rejoindre la Radio Suisse Romande. Après dix ans d’activité dans les MÉDIAS et une formation en marketing et publicité au SAWI, je développe ma propre agence de COMMUNICATION et fais la promotion de PROJETS ALTERNATIFS et environnementaux.Convaincu de la nécessité de FORMER autant que d’INFORMER, je m'initie aux méthodes et aux outils de management et de formation ainsi qu'aux nouvelles technologies de communication, web, multimédia, e-learning, ... informer_NB
En novembre 2005, comme beaucoup, j’ai suivi à la télévision les émeutes dans les banlieues françaises et je me suis intéressé alors à l’expérience pilote de JOURNALISME PARTICIPATIF sur Internet « BONDY BLOG » initiée par des journalistes du magazine « l’hebdo ».En 2007, alors en stage comme éducateur, accompagnant pour la première fois des jeunes en rupture sociale au sein de groupes éducatifs fermés, je parcours les écrits de Philippe Breton et élabore un projet de BLOG DÉMOCRATIQUE au sein de l’institution. bondy_NB
En Mars 2010, confronté régulièrement comme animateur aux incivilités des jeunes des quartiers, persuadé qu'il nous était possible de leur offrir mieux et surtout autrement, j'ai convaincu notre association de l’opportunité de créer de nouveaux ESPACES SOCIAUX ET CULTURELS dans les anciens locaux du Théâtre du Moulin-Neuf à Aigle. moulins
En novembre 2010, j’ai transformé, durant une Semaine-Evénement  notre nouvel espace en un CENTRE D'EXPÉRIMENTATION CITOYENNE. À cette occasion, j’ai fait la démonstration que les jeunes avec lesquels nous travaillons quotidiennement peuvent être en DÉFICIT DE DÉMOCRATIE ! Un déficit qui n’explique pas à lui seul la délinquance de certains jeunes mais, comme un enfant qui s’acharnerait à faire entrer un plot carré dans un trou rond, met en évidence le fait que de ne pas disposer des outils nécessaires à sa propre expression engendre une frustration qui peut mener à la violence. soyez
En janvier 2011, en concertation avec le journal « Le Régional » et les instances politiques de Chablais Région, je pose les bases d’un projet de JOURNAL PARTICIPATIF pour et par les jeunes dans la région chablais. En septembre 2011, je prenais la décision de mettre momentanément mes projets en suspens pour suivre à plein temps une formation en travail social à la HES de Sierre. Aujourd'hui, après quatre ans d'études, je souhaite focaliser mes recherches sur les JEUNES, la CITOYENNETÉ et l’ESPACE PUBLIC. 1poin8_NB
Durant ma formation, j'ai mesuré avec Claudia Bernardi - Walls of Hope - le pouvoir de l'EXPRESSION CRÉATRICE, travaillé sur "La citoyenneté agressée et la place des jeunes dans la ville" dans le cadre d'un module OASIS à la HES de Genève et, après avoir passé six mois au centre éducatif de détention et d'observation de la Clairière afin d'alimenter encore ma réflexion, il me faut encore venir à démontrer, dans mon travail de BACHELOR, que l'EXPRESSION CITOYENNE peut être un outil efficace pour combler les déficits de démocratie et réduire les sources d'incivilité. hes_new

Aigle, le 22 novembre 2010 : installée depuis le mois de septembre dans des nouveaux locaux afin d’élargir son offre socioculturelle, l’Association pour la Jeunesse Aiglonne (AJA) était confrontée à de nouvelles incivilités et réagissait. Consciente que cette problématique concerne l’ensemble de la société et implique de nombreux intervenants, nous avons proposé plusieurs animations destinées à favoriser le dialogue et invité les jeunes, leurs parents et les acteurs de la commune à s’engager à travailler de concert pour construire l’avenir.

L’AJA associait ainsi un message de fermeté à un appel à mobiliser les ressources positives propres à chacun et à cultiver les valeurs qui fondent nos démocraties. Afin de mobiliser toutes les énergies disponibles pour développer un espace de projets, l’association a convié l’ensemble de la population à visiter ses locaux qui mettaient en scène les conséquences des dérives d’une partie de notre jeunesse : une exposition permanente représentait de manière caricaturale l’espace chaleureux et offrant de multiples animations auquel les jeunes renoncent et celui auquel ils se « condamnent » fait de grillages et de vidéo-surveillance.
Nous sommes parvenus à réunir toutes les parties concernées pour échanger autour de ces problématiques afin de définir ensemble les contours d’un nouveau « contrat social » : une table ronde, animée par Yves Oppliger médiateur professionnel, a été organisée avec la participation de M.Borloz, syndic d’Aigle, M. Wütrich, commissaire de police, M. Wicht, directeur des établissements scolaires d’Aigle et M. Paccaud, responsable du Service communautaire de la Planchette. Des représentants de la jeunesse sont venus apporter leurs témoignages et nourrir le débat.
L’objectif de cette manifestation était de favoriser le débat autour de l’idée qu’aucune problématique, individuelle ou collective, ne trouve de solution « positive » en dehors du cadre démocratique. « Les jeunes d’aujourd’hui sont souvent seuls et déconnectés de leur famille, de leur école et vivent des relations de façon temporaire et épisodique. Ils se sentent à l’étroit dans nos institutions et notre société actuelle et ils s’en retranchent. »Or, comme l’affirme Philippe Breton, chercheur en sociologie au CNRS, « l’empathie, la capacité de se représenter les états mentaux d’autrui, constitue un socle essentiel sur lequel reposent nos relations sociales quotidiennes ». Dans une série d’études menées auprès d’adolescent(e)s, Daniel Favre, professeur de sciences de l’éducation à l’IUFM de Montpellier, a constaté que l’empathie était corrélée très significativement avec la coopération et les compétences sociales, et inversement corrélée avec la dépression, les troubles de l’attention et la délinquance.
Ainsi, il ne s’agirait pas de considérer la violence comme un problème moral ou un problème d’ordre public mais comme une question centrale, préalable à tout apprentissage et à toute vie en société. Cette semaine nous a principalement démontré que les jeunes avec lesquels nous travaillons quotidiennement sont en déficit de démocratie ! Ce déficit n’explique pas à lui seul la délinquance mais,, comme un enfant qui s’acharnerait à faire entrer un plot carré dans un trou rond, il met en évidence le fait que de ne pas disposer des outils nécessaires à sa propre expression engendre une frustration qui peut mener à la violence.
Cette semaine se voulait une première expérimentation citoyenne : sensibiliser les jeunes à la démocratie. En nous comportant en démocrates, en leur donnant l’exemple et en les impliquant concrètement dans le processus, nous avons su créer un espace où exprimer ses opinions, dans une ambiance de respect et de liberté où chacun à pu se sentir écouté.  

Interview Radio Chablais
Communiqué de Presse
Programme (PDF)

Espaces SOCIOCULTURELS

Moulins 01 Moulins_03 Moulins_05 Moulins_07 Moulins_09 Moulins_11

En 2010, j'ai imaginé et développé les concepts des espaces socioculturels "Les Moulins" à Aigle.

Celui d'un lieu d'échanges intergénérationnels dans lequel chacun peut venir échanger son point de vue et ses idées sans craindre le conflit, celui d'un lieu de créativité et de culture où les minorités peuvent apprendre à s’exprimer, celui d'un lieu de qualité, vecteur de valeurs morales et de l’exigence bien comprise de nous-mêmes, celui d'un lieu d'expérimentation capable d'envisager et de développer des nouvelles formes d'intervention avec les jeunes...

Aller à la barre d’outils